Angèle Casanova. Illustrations de Jacques Cauda.

Maman, maman, j’ai rêvé de l’ours.

Une plume et une chaussure...

L’autre chaussure, je ne l’ai jamais revue.

En son absence, les chaussures, j’en achète souvent. Je les mets en rang d’oignon, deux par deux. Je déteste en égarer une. Quand cela se produit, je panique. Je cherche partout, convulsivement, jusqu’à ce que je la retrouve. Alors, je la range à côté de sa sœur, bien parallèles, bien droites. Toutes mes paires s’alignent, au garde-à-vous, prêtes à défiler entre l’armoire et le lit. Une-deux, une-deux. En avant, les pompes.

Ça ira, ça ira. Je suis seule, mais ça ira. Je les attends.

JE RESPIRE À NOUVEAU, UN PEU, UN PEU, PUIS FORT. JE CHERCHE L'AIR.

Roman minimaliste en soi, nouvelle autobiographique, l’auteure relate à partir des stigmates de sa douleur la perte passée d’un être cher arraché brusquement à la vie… et à la sienne.

Maman, maman, j’ai rêvé de l’ours est un petit livre envoûtant, écrit par une plume contemporaine poétique de très belle facture, que j’ai dévoré d’une traite.

L’auteur : je renvoie à son blog et à une interview sur LeLittéraire.com.

Les illustrations sont de Jacques Cauda.

    Ce formulaire utilise Akismet pour réduire le courrier indésirable.

    Abonnez-vous pour recevoir les prochains articles

    RGPD.

    🙂