L’univers des Ons

Que feriez-vous au lendemain d’une métacatastrophe

dont vous êtes l’un des rares rescapés ?

Les [non] Ons n’est pas un roman de science-fiction classique, mais une œuvre de l’imaginaire anticipatrice, proche du conte philosophique (le héros est un vieux philosophe) sur le mode thriller mêlant réalité et fiction, éléments fantastiques et de « hard sci-fi » (cyberpunnk) dont une novlangue, non sans humour. 

La première partie (De la jungle au désert) qui se présente partiellement sous la forme d’un journal intime tenu par le narrateur-héros comporte des réflexions philosophiques qui me semblent accessibles aux non-initiés. Les seconde (Le Mond’On) et troisième parties (Les Justes) sont plus romancées.

Certains verront dans Toa (mon protagoniste) un héros ; d’autres un anti-héros. Le tout est un cocktail (souhaité molotov !) qui sous-tend plusieurs lectures pour réjouir le plus grand nombre ou s’interroger.

En creux, Les [non] Ons est une satire universelle (ou un appel du pied) qui montre comment l’homme écume encore au XXIe siècle tous les tabous (religieux et économiques) élaborés pour certains par ses prédécesseurs (si ce n’est tous) des millénaires avant nous. À propos de notre contemporanéité, on parle de société en transition. L’horizon ne montre pas beaucoup de signes et je crains plutôt, si de nouveaux paradigmes ne pointent rapidement, que nous soyons projetés dans un nouveau monde barbare.

Destiné aux lecteurs moins sensibles au mode romanesque, « Note aux futurs archéologues de l’univers et paléoanthropologues de l’humanité » est un condensé, le noyau même de ce « roman-essai » dystopique. 

Vous pouvez télécharger gratuitement l’un ou l’autre en cliquant ici.

J5 an 0... (4 février 2033) Ouvre les yeux, ouais, ouais, ouais...

« Olalala ! Et bien pour une première, c’en fut une sacrée ! N’étant pas amateur de SF, je me suis plus attaché aux palpitations des survivants après le « Ça » : la métacatastrophe terrestre pour tenter de renaître dans ce nouveau monde déjà dominé par un dictateur nommé Gogol. Si les questions que se posent les protagonistes de ce très riche roman (tant par le verbe, puisqu’une novlangue est de mise, que par les réflexions) demeurent les mêmes que par le passé – immuables hommes... – j’espère vivement qu’elles ne se poseront plus dans l’avenir. Mais… immuables hommes. »

Laurent Quenneville

Trois parties : De la jungle au désert, le Mond’On et Les justes.

Quelques titres de chapitres : Renaissance… Déliquescence consommée… Onglish & DSMOn… Oh, oh, les mots !

Violet12 de Debby Orquidea

Deux mots. Bluffant. Dépaysant. J'ai lu avec curiosité ce roman. C’est un travail hors norme. Dépaysant alors que c'est bien des hommes, de notre bêtise, de nos œillères dont l'auteur parle. Dépaysant, car les personnages vivent sur une autre planète et pourtant c'est bien notre rapport à notre terre qui est questionné. Dépaysant, car le langage est différent (le totalitarisme de la Novlangue de 1984) alors que c'est bien dans notre langue que les héros rédigent cette fameuse note. Dépaysant : de la manière dont les personnages s'habillent à celle dont ils mangent, tout est différent. Quelle imagination !

Rose Helea
Cyborg de Xennethy

On retrouve ici les codes de la science-fiction, et pour les amateurs du genre (dont je fais partie), bien que les histoires soient très différentes, j’ai beaucoup pensé à la psychohistoire chère à Isaac Asimov dans le cycle de fondation. On découvre une toute nouvelle société, ordonnée, hiérarchisée, qui fait ses premiers pas dans un environnement bouleversé.

Christine Lebon
Eternal Age de Tlishman

Conseil d’ami, osez ! Osez vous confronter à ce qui vous dérange, osez vous poser de vraies questions. Ce roman, à sa manière, est un combat. Dans cet univers en (re)construction hyper-rationnel, mais le rationnel d’un fou, quelques humains (si on peut encore les appeler humains) issus de l’élite intellectuelle de l’ancien monde veulent, envers et contre tout, reconstituer une encyclopédie du savoir universel sur la base de leurs seuls souvenirs... Je ne veux pas spoiler ce roman très particulier. Interrogations philosophiques, éthiques, scientifiques, voire religieuses viennent nous interpeller et nous frapper de plein fouet.

Jean K. Sainfort
dixit ZG

« Je n’ai pas lu ce roman comme un livre de science-fiction mais comme un livre prophétique. Zoé a fait un travail de synthèse impressionnant pour chercher ce qui dans notre monde actuel peut induire la grande catastrophe à venir. La question essentielle pour les survivants est comment résister au nouvel ordre mondial qui s’installe car le monde d’après n’est pas forcément meilleur. »

Daniel Chiche
Steam engenius number six de Laser Karl

Un roman post-apocalyptique particulièrement riche et bien mené nous plongeant dans un univers à la fois étranger et révolutionnaire dépoussiérant le genre de la Science-fiction : mélange d'espionnage, de trahison, action façon roman policier et journal intimiste, outre une épaisseur philosophique (questionnements sur la place que nous occupons, les frontières et les choix individuels qui façonnent le monde) et linguistique des plus appréciables, qui place notre contemporanéité au cœur d'un débat rendu plus accessible par le filtre de la fiction. Un roman ambitieux qui interroge.

Benjamin
The shadling robot

On oscille durant quelques pages : tout d'abord nous entrons de plein fouet dans la science-fiction, mais nous révisons ensuite notre jugement. Je parlerai alors de roman d'anticipation ou d'essai philosophique. Voilà donc qui change tout ! Le tout forme un récit dans lequel l'auteure fait une féroce critique de notre société à travers une caricature satirique de notre monde contemporain. Attachez vos ceintures, car vous risquez bien de prendre peur : le « Ça » nous pend au nez et croyez-moi, cela fait peur, car nous mesurons l'étendue des dégâts dont nous sommes responsables ! Est-ce trop tard pour changer la donne ? D'ailleurs, sommes-nous finalement très surpris par la menace ainsi prononcée ? Non. Mais en refermant le livre, nous n'avons plus qu'un objectif : l'éviter et croire à un changement.

Dominique Dejob
The simple de xTY3x

Créer un univers original est le défi majeur de la science-fiction. Dans ce roman, il est fascinant, très visuel, cinématographique. Si les développements théoriques peuvent parfois ralentir l'action, ce qui est à l'appréciation de chacun, il ressort de ce projet stimulant deux constats : l’étendue des dégâts dont nous sommes responsables et l’espoir joyeux d’un changement dont notre groupe d’amis est l’étendard. La fin est surprenante, émouvante. Elle met en valeur les trésors de l'humain : le courage de l'engagement et de la pensée, l'amitié. La résistance.

Lola Albarracin

À partir de deux axes de réflexion (introspection du protagoniste et concertation serrée avec ses amis, l'auteure va remettre en cause des dizaines d'années de décisions politiques, scientifiques, écologiques, économiques, philosophiques…. Reprenant les dates clés de l'évolution de l'humanité, citant entre autres, de grands penseurs et de grands scientifiques. Ce roman culturellement très riche, axé sur la réflexion, est un avertissement à ce que pourrait devenir notre planète si nous n'en prenons pas davantage soin. Espérons que tout ceci ne reste que de la science-fiction.

Sarah Palayer Castello

Illustrations communauté d’artistes Newgrounds

Monde futur vu par Vincent Grey